Nos racines françaises

MATHIEU BOCK-CÔTÉ | LAVIEAGRICOLE.CA | 19/05/2016

J’ai passé l’essentiel du mois d’avril et les premiers jours de mai en France pour assurer la promotion de mon plus récent livre. Officiellement, j’étais donc là pour le boulot. Mais j’y étais aussi parce que j’aime ce pays absolument, et qu’y passer quelques semaines a pour moi les vertus d’un véritable ressourcement intellectuel et même spirituel. Un mois à Paris, ce n’est jamais perdu, et c’est une manière de nous rappeler que nous sommes encore, même si nous peinons à l’admettre, un peu français. 

Je sais que bien des Québécois, et parmi ceux-là de remarquables, disent le contraire. Entre Londres et Paris, ils font le choix de la première. Différentes explications sont possibles. La plus courante, c’est que la colonisation britannique a fait de nous des hybrides culturels. C’est bien possible. Nous nous sommes habitués aux mœurs du conquérant, au point même de nous les approprier. Pour le dire à la Elvis Gratton, nous serions des Britanniques nord-américains de langue française. Ou quelque chose comme ça.

Saint-Laurent: l’anglais domine sur les sites des entreprises

JOHANNA PELLUS | JOURNALMETRO.COM | 19/05/2016

L’anglais prédomine dans les entreprises de Saint-Laurent. Plus des deux tiers des 1180 sites sont unilingues ou affichent d’abord leur page d’accueil en anglais. L’étude sur le français dans le commerce électronique de Jean Archambault a été rendue publique par la Société Saint-Jean-Baptiste (SSJB) le 19 mai.

Les recherches ont démontré que 31 % des sites d’entreprises dans le secteur de la fabrication et de la distribution de Saint-Laurent disposent seulement d’une plateforme en anglais. Les autres utilisent souvent une traduction automatique Google, jugée de mauvaise qualité.

Langues officielles au Canada: Le Commissaire déplore le piètre accès à des services juridiques bilingues

RAYMOND DESMARTEAU | RCINET.CA | 19/05/2016

Dans son dernier rapport annuel avec de tirer sa révérence après dix années en poste, le commissaire aux langues officielles du Canada, Graham Fraser, souligne qu’il reste encore beaucoup de travail à accomplir pour que tous les citoyens canadiens aient accès à des services juridiques, à la justice devant les tribunaux canadiens dans leur langue, qu’ils soient francophones ou anglophones, le constat est le même.

Graham Fraser insiste sur l’importance d’améliorer les capacités des juges en matière de bilinguisme, une lacune constatée un peu partout au Canada.

La langue à point

TANIA LONGPRÉ | JOURNALDEMONTREAL.COM | 23/05/2016

Le chroniqueur Louis Cornellier, du Devoir, publie ces jours-ci un petit recueil d’essais chez VLB éditeur, Le point sur la langue. La réputation de l’auteur, critique aux essais au Devoir et auteur de plusieurs autres livres, n’est plus à faire. Cornellier signe ici un livre essentiel pour tous les amoureux de la langue française qu’ils soient plus axés sur le fond de la langue, sur sa forme, ou encore sur l’aspect social de la langue française au Québec ou au Canada – on lira d’ailleurs avec plaisir son texte «Un Canada de moins en moins français» véritable petit coup de poing sociopolitique.