Langue française au Québec: juste deux mots…

JEAN-PIERRE MARCOUX | LEDEVOIR.COM | 09/03/2016

Il y a quelques jours, au Téléjournal de la SRC, un journaliste nous informe qu’une coiffeuse d’un arrondissement massivement francophone de Sherbrooke, a ouvert un commerce et fait inscrire en gros « Barber Shop » sur sa vitrine avant. Quelques semaines plus tard, elle reçoit la visite d’une représentante de l’Office québécois de la langue française.

Le journaliste nous présente le sujet : « Lorsqu’on reçoit la visite d’un inspecteur de l’OQLF, on retient son souffle. » (Ah bon ! Comme si on se sentait coupable de quelque chose ?) On nous montre ensuite la coiffeuse en question qui ajoute : « C’est juste deux mots ! » On nous présente ensuite la propriétaire d’un restaurant voisin dont le commerce est sous-titré « Steak and Eggs ». Encore juste deux mots…

Propos anti-francophones: CBC «nivelle par le bas»

ACADIE NOUVELLE | ACADIENOUVELLE.COM | 13/03/2016

Décriée pour diffuser des commentaires haineux et anti-francophones d’internautes sur son site, la société d’État CBC a tout intérêt à réagir, conseille une relationniste.

Pascale Paulin a fondé l’agence de communication Forté il y a 4 ans à Dieppe. Cela fait 25 ans qu’elle officie dans le domaine des relations publiques. Elle nous fait part de son expertise sur la crise qui agite le réseau CBC.

Ce cas particulier met en exergue qu’en matière de communication sur le web, il n’y a pas de place à l’approximation.

Francophonie et francophobie

BERNARD RICHARD | ACADIENOUVELLE.COM | 16/03/2016

«Un peuple peut survivre à des siècles de défaites et d’oppression, mais il ne peut pas survivre à sa propre indifférence.» – Bernard Émond

Les propos anti-francophones polluent la section des commentaires du site web de la CBC suivant la publication d’articles concernant l’Acadie. Certains regrettent que la dispersion n’ait pas réussi à tout nettoyer. D’autres souhaiteraient que les Acadiens retournent au Québec ou encore mieux en France en ramenant les Québécois avec eux.

Le langage est parfois cru et haineux, certainement indigne du diffuseur national qu’est la CBC.

Écrire en français à l’ère du numérique

MARTINE LETARTE | LEDEVOIR.COM | 12/03/2016

Deux tables rondes sur le thème « Écrire en français à l’ère du numérique » se dérouleront à la Grande Bibliothèque le 18 mars pour souligner la Journée internationale de la francophonie, qui aura lieu deux jours plus tard. Elles sont organisées par l’Agence universitaire de la Francophonie, la délégation de Wallonie-Bruxelles à Québec et l’Observatoire démographique et statistique de l’espace francophone (ODSEF).

L’été dernier, le gouvernement du Québec refusait de financer 28 des 56 revues scientifiques qualifiées lors du dernier concours du Fonds de recherche du Québec. Ces revues, dans lesquelles on retrouve notamment Recherches sociographiques, cofondée par Fernand Dumont en 1960, risquent de mettre la clé sous la porte. En recherche et en enseignement, la langue de Molière continue d’avoir de fervents défenseurs, mais leur chemin peut être semé d’embûches.