Le sous-financement des universités francophones, une injustice linguistique

CHLOÉ CANO | ZONECAMPUS.CA | 10/12/2014

Mercredi dernier, dans le cadre de sa tournée nationale, le Mouvement Québec français (MQF) s’est arrêté à la Chasse Galerie de l’Université du Québec à Trois-Rivières, le temps d’une conférence donnée par Éric Bouchard, concernant le sous-financement des universités francophones. «Quand plusieurs groupes linguistiques se partagent un même territoire, il n’y a de paix linguistique que si la langue minoritaire a des institutions suffisamment puissantes pour contrer le poids du nombre du groupe majoritaire.»

Réaction à l’étude du Conseil supérieur de la langue française «Le Québec échoue à faire du français la véritable langue publique commune»

CHRISTIAN B. RIVARD et MAXIME LAPORTE | QUEBECFRANCAIS.ORG et SSJB.COM | 09/12/2014

Les résultats de l’étude publiée lundi par le Conseil supérieur de la langue française (CSLF) au sujet de l’usage du français dans la sphère publique au Québec ont de quoi inquiéter. Ils démontrent que nous n’avons pas réussi collectivement à faire du français la langue publique commune de tous les Québécois, peu importe leurs origines.

Si l’anglais se révèle clairement la langue publique commune au Canada anglais, la langue française est loin d’avoir atteint pareil statut au Québec.

Les institutions anglicisent le Québec au détriment des francophones

COMMUNIQUÉ | MOUVEMENT QUÉBEC FRANÇAIS | 04/12/2014

Dans le cadre de sa tournée nationale, le Mouvement Québec français (MQF) s'est arrêté ce mercredi au café-bistro de l'UQTR, La Chasse-Galerie, où Éric Bouchard, ex-attaché politique de l'ancien député de Borduas, Pierre Curzi, tenait une conférence afin de conscientiser les étudiants sur les impacts actuels de l'aménagement linguistique au Québec. «Quand plusieurs groupes linguistiques se partagent un même territoire, il n'y a de paix linguistique que si la langue minoritaire a des institutions suffisamment puissantes pour contrer le poids du nombre du groupe majoritaire. Tenez-vous pour dit que ce n'est ni la mondialisation ni l'immigration qui anglicisent les Québécois, mais bel et bien ses propres institutions» a déclaré Éric Bouchard.

Le Mouvement Québec français et la bilinguisation des institutions publiques

MARIE-ÊVE BOURGOING-ALARIE | HEBDOJOURNAL| 04/12/2014

Dans le cadre de sa tournée nationale, le Mouvement Québec français (MQF) était de passage à la Chasse-Galerie (UQTR), hier, pour y donner une conférence sur la dynamique des langues au Québec et la bilinguisation des institutions publiques.

«Il pleut des études sur la langue française et en général, tout va vers l'anglicisation. Il faut comprendre qu'il y a une différence entre le bilinguisme individuel, pour lequel je suis tout à fait en accord, que du bilinguisme des institutions. Ce qui risque d'arriver, c'est qu'on va demander aux employés d'être parfaitement bilingues pour travailler dans les institutions publiques, au détriment des personnes qui ne sont pas bilingues», souligne le conférencier Éric Bouchard, spécialiste de la protection de la langue française sous l'angle de l'éducation.