À la défense de Sammy le Sucré

 

MARIO FORTIER | LE DEVOIR | 29/11/2014

Je l’aime bien moi, Samuel le Sucré ; j’aime son humour parce qu’il me fait penser à Yvon Deschamps.[...] Eh bien ! Pour moi, en critiquant les actions de l’Office de la langue française, Samuel le Sucré défend ceux qui ne sont pas de la bonne langue, les francophones en Amérique du Nord. Oui, oui vous avez bien lu, monsieur Sucré défend la minorité francophone canadienne. Si vous ne vous en êtes pas aperçus, c’est que vous ne comprenez rien à l’ironie.

Derrière l’humour, une idéologie

 

ÉTIENNE BOUDOU-LAFORCE | LE DEVOIR | 29/11/2014

Il fallait s’y attendre, la plus récente campagne publicitaire de Sugar Sammy, celle-ci qui se moquant de loi 101 et de notre langue française, a fait réagir. C’était prévu, de l’aveu même de l’agence publicitaire. Ce qui ne l’était peut-être pas par contre, c’est la sortie en bonne et due forme de Samir Khullar (Sugar Sammy) sur la question de la langue française. Pour une rare fois, l’humoriste ne se cachait plus sous le couvert de l’humour — encore que — et affirmait sans détour que la langue française serait surprotégée au Québec, de même qu’il affirmait son amour pour le Canada, « mon pays préféré, c’est le Canada ».

La langue du commerce: «Vendredi fou» au lieu du Black Friday?

 

THOMAS GALLENNE | ACCES LAURENTIDES | 12/11/2014

Le Mouvement Québec français des Laurentides (MQFL) demeure préoccupé par une tradition commerciale, en provenance de nos voisins du Sud, et reste tenace au Québec, malgré la Loi 101. Et la venue du Black Friday le 4e vendredi de novembre, au cours duquel les commerçants offrent leur marchandise en solde, ne fait que renforcer le phénomène d'anglicisation des appellations commerciales.

Loi 101 – Ce que Sugar Sammy nous aura fait comprendre

 

RENARD LÉVEILLÉ | ACTUALITES.SYMPATICO.CA | 23/11/2014

J’ai l’habitude de réagir pas mal à chaud. C’est ce qu’aurait voulu Sugar Sammy la semaine dernière, alors je me suis abstenu.

C’est que Sugar Sammy et son équipe ont concocté une affiche, en tout cas installée dans un métro, où on pouvait y lire « For christmas, i’d like a complaint from the Office de la langue française », donc, pour Noël, je voudrais une plainte de l’Office de la langue française. Il y a eu effectivement une plainte, et même plusieurs, alors on a caviardé les mots anglais de la phrase pour ajouter « Pour Noël, j'ai eu une plainte de l' »...