L’acteur Denis Trudel estime que le Parti libéral mènera le français à sa perte au Québec

 
François Lévesque, dans Le Devoir, 5 avril 2014 
 
 
« Je suis excédé qu’on puisse me croire raciste ou xénophobe. Je n’ai rien de raciste, je n’ai rien de xénophobe. Je n’ai pas peur de l’étranger : j’ai peur de perdre ma langue. Mon père s’est battu pour parler français à la Dominion textile. C’est à sa mémoire que je mène cette lutte-là » François L’Écuyer (L’auberge du chien noir)
 

Capsule vidéo: Cri du coeur des artistes pour l'avenir de la langue française

Inquiet de l'impact sur la langue française d'un possible retour des libéraux au pouvoir, le comédien Denis Trudel a spontanément invité d'autres artistes à se joindre à lui pour interpeller la population lors d'un point de presse, le vendredi 4 avril au Cabaret Le Lion D'Or, à Montréal.


Le PLQ, un parti anti-francophone?

Par Sylvie Bouchard, dans le Huffington Post Québec, le 4 avril 2014

« D'un côté Philippe Couillard réaffirme la défense du français et du même souffle il exprime la nécessité mur à mur du bilinguisme, comme s'il était normal de ne plus vivre qu'en français au Québec. Pourtant, des anglophones qui n'ont jamais appris le français réussissent très bien leur vie unilingue dans la Belle province qui ne leur impose pas de parler la langue de Molière, malgré la menace persistante d'anglicisation.


Cri du cœur des artistes pour l’avenir de la culture et de la langue française

:::
2014-04-04 11:15


Et la langue?

Par Claude Bachand, dans Le Devoir, le 2 avril 2014

Jamais je n’aurais pensé entendre en 2014 des propos tels que ceux que vous avez tenus lors du débat des chefs, jeudi dernier. Vous avez affirmé publiquement que tous les travailleurs francophones devaient être bilingues pour pouvoir répondre aux questions de leurs patrons anglophones.